Orchestre : les Violons du Roy

Ce projet est né à partir de petits croquis faits dans mon carnet pendant les concerts. On y voit assez pour crayonner et j'ai une bonne place au milieu des corbeilles. Il y a un certain naturel et de la légèreté dans ces croquis, ce qui m'était confirmé par les personnes à qui je les montrais. D'où l'idée d'en faire une aquarelle.

Quelques photos en référence glanées sur le web:

Quelques temps plus tard, je me suis mis en action avec comme objectif de produire une aquarelle. J'ai choisi

  • de représenter tous les musiciens de la même taille, cela crée un peu d'abstraction et donne l'idée qu'ils sont tous importants.
  • de ne représenter que la scène (pas de spectateurs) directement en un seul plan et une petite partie du fond juste pour localiser au palais Montcalm.
  • initialement de séparer les musiciens : mais cela fait perdre la notion d'ensemble
  • donc les musiciens peuvent se cacher en partie, cela donne de la profondeur et de l'unité.
  • les musiciens rayonnent autour du chef
  • respecter le plan de disposition des musiciens notamment les pupitres des violons
  • ils sont debout à cause des silhouettes du moins pour ceux qui peuvent
  • pas de lutrins : pour alléger et après tout c'est une soirée de gala !
  • les positions des musiciens doivent être naturelles : on doit reconnaître leur façon de jouer

J'ai de multiples esquisses au crayon

  • il m'a fallu plusieurs itérations pour bien disposer les musiciens. Claire (qui chante dans la Chapelle de Québec) m'a guidé notamment dans la dispositions des pupitres des violons.
Aucune image trouvée.
  • affiner les esquisses des musiciens et les dessiner au feutre.

Ces esquisses aboutirent à ça. C'était encourageant et cela reflétait l'ambiance initiale de mes croquis.

Comme j'ai une tablette lumineuse (Huion L4S/LB4/A4) je l'ai utilisée pour me guider dans la disposition des musiciens et leur profil. J'ai donc dessiné chaque musicien jusqu'à obtenir une silhouette acceptable pour chacun et ainsi pouvoir la reproduire rapidement à chaque tentative. J'ai commencé par des silhouettes de 4 cm (en me référant au gabarit au 1/8 pour la tête …) pour une aquarelle en 9“x12”.

C'est un peu trop monochrome, notamment les noirs sont trop uniformes, mais là je suis pris avec 2 voire 3 couleurs (et en plus le basson ici est blanc, pas de chance, mais j'ai les ors du cor et de la trompette ainsi que le bleu du clavecin). Les musiciens ne font pas groupe …

Ce n'est pas encore satisfaisant, la légèreté et l'élégance recherchées ne sont pas là on dirait que ça manque un peu d'inspiration. C'est un peu trop guindé ou statique ce qui n'était pas recherché, alors que je pensais à Raoul Dufy par exemple,mais allier élégance et vision naturelle, spontanée, personnelle … c'est plus facile à dire qu'à réussir.

Nouvelles tentatives en grossissant un peu les musiciens et en passant à un format plus grand 11“x14” (mon scan est un peu rogné, car mon scanneur ne couvre pas tout le format).

J'ai essayé de nuancer les noirs (avec vert émeraude + cramoisi alizarine, ou gris de payne + jaune de naples, ou autres variations). L’atmosphère n'est toujours pas celle recherchée mais c'est quand même un résultat acceptable. C'est plus animé, on reconnait bien l'orchestre et ce n'est pas un portait de chaque musicien (je ne cherchais pas une copie strictement réaliste de photo, de toute façon je n'en suis pas capable comme aurait pu le faire Klimt : voir la salle de l'ancien impérial 1898).

Utiliser un dessin beaucoup plus libre comme ici ou dans les carnets, en fait c'est un retour à l'esquisse initiale.

Baisser le point de vue pour aplatir la scène de moitié.

Peut-être baisser encore un peu le point de vue.

Dessiner à la plume et non au feutre, ce qui donne plus de liberté au trait un peu comme celle qui est apportée par le crayon des esquisses. Après essai d'encre de chine je vais utiliser un encre sépia de Sénelier que j'avais acheté il y a un bon moment pour faire des sépias.

Premier essai avec les changements :

C'est “intéressant” (confirmé par ceux qui l'ont vue).

Se limiter à 6 violons (3 pupitres de 2), 2 altos hommes et 1 femme, monter l'orgue, travailler les nuances dans les musiciens éclaicir les visages, essayer de faire ressortir les instruments, libérer les trais, attention aux tâches (attendre que le premier plan sèche). (Attention la version scannée à augmenté le contraste et masqué le fond)

L'encre sepia a quelques inconvénients, au pinceau le trait est trop pâle, il faut donc une plume, j'en ai essayé plusieurs (j'ai un assortiment hérité de mon grand-père), ce qui m'a conduit à utiliser un papier satiné. Elle ne se comporte pas comme une aquarelle, plus longue à sécher et eu une fois sèche elle se re-dilue difficilement. Ce qui m'a conduit à repenser : et si j'y allais avec du gris de payne que j'aime bien: il peut être presque noir et se dilue en donnant un beau gris bleu qui de plus peut être nuancé par exemple avec de la terre de sienne brûlée.

J'ai alors essayé sur un papier lisse (plus granulé que le satiné) plusieurs pinceaux dont mon beau pinceau en martre Da Vinci qui a une belle pointe, mais il s'écrase un peu facilement, même chose pour les petits gris, pas mal le pinceau traceur (mais leFaudrait que j'essaye en avec un dessin plus libre à la pointe noire (glisse mieux sur le papier que la plume ou le roseau et le pinceau c'est pas facile) et n'apporter que des touches de couleurs … mien est un peu fin) mais encore mieux le escoda à jupon no 10.

Esquisses sur une version abandonnée, d'où le fond et le contrebassiste.

Ces quelques essais m'ont donné envie de tenter le coup en encre de chine ou avec un gris de payne peu dilué. Bon c'est encore pas ça, il vaudrait mieux que les visages soient bien clairs.

ça serait mieux si les visages étaient plus clairs.

Nouvelles esquisses en jouant avec différents pinceaux. Cela donne l'idée de travailler des musiciens plus petits et différemment sans faire tous les trac des contours (notamment pour les bras). (Yeah ! il y en a dans tous les sens, presque comme Chagall …)

Je vais donc tenter un lavis encre de chine noir pour cette option de dessin avec un pinceau fin assez ferme en format 8×10.

Quelques musiciens

Avec cette disposition

Et pourquoi pas au crayon aquarellé avec un dessin au feutre ou à la plume avant (sans le tracé c'est fade)

Encre + crayon aquarelle (Celui là a plu à Claire qui l'a récupérée).

Modèles miniature : Faudrait que j'essaye

Esquisse pas très convaincante pour le choeur (en plus ils sont plus serrés ce qui ne facilite pas le travail).

Faudrait que j'essaye en avec un dessin plus libre à la pointe noire (glisse mieux sur le papier que la plume ou le roseau et le pinceau c'est pas facile) et n'apporter que des touches de couleurs …

  • projets/violons-du-roy.txt
  • Dernière modification: 2019/05/13 16:28
  • par dp